jeudi 7 mars 2019

Les continuités écologiques et le paysage

La double conférence de Françoise Burel et Jacques Baudry qui a eu lieu le 5 février dernier à la salle Annie Brown d'Acigné portait sur les effets de la transformation des paysages sur la biodiversité et les fonctionnements écologiques. Voici un bref compte-rendu fait par l'un des membres de Courants Alternatifs.

La biodiversité

Depuis les années 1950, l'intensification de l'agriculture, la suppression des haies et l'utilisation intensives d'intrants chimiques ont eu pour effet de diminuer fortement le nombre d'espèces, que ce soit en milieux agricoles ou en milieux bâtis

Les éléments clés garantissant le maintien de la biodiversité sont :

  • la taille des parcelles (plus les parcelles sont petites plus nous avons de la biodiversité)
  • la présence d' éléments semi-naturels (bois et prairies, mares)
  • l'hétérogénéité des espaces
  • l'état passé d'un paysage
  • la connectivité : ensemble des éléments du paysages (bosquets, mares..) facilitant le mouvement des individus et assurant leur reproduction.

Les services écosystémiques rendues par la biodiversité à la société et à l'agriculture  sont essentiels :  en plus de la production directe de nourriture, la biodiversité joue un rôle de régulation (limiter l'utilisation les pesticides), elle rend des services culturels (loisirs, randonnées), des services de support (formation des sols grâce à l'action des vers de terre notamment). Elle permet l'indispensable pollinisation (qui ne peut pas se faire par les humains) ainsi que l'amélioration de la qualité des eaux, la régulation des crues..

L'agroécologie

La pratique de l'agroécologie propose des réponses au maintien de la biodiversité; Nul besoin d'entrants extérieurs qui viennent parfois de très loin (l'agriculture bretonne double sa surface dans d'autres pays du monde, ce qui a des effets délétères pour les pays en question). Nous avons tout sous la main, il suffit de savoir mieux les utiliser : contrôler les adventices (mauvaises herbes) en favorisant  des  petits insectes comme les carabes granivores qui jouent le rôle d'auxiliaire de culture,  limiter les ravageurs (ou bioagresseurs) par le contrôle biologique, choisir des plantes fixatrices d'azote comme les légumineuses afin d'enrichir naturellement le sol en nitrate, favoriser des associations variétales, mettre en place la rotation des cultures...

La trame verte et bleue (PLUi)

Les recherches de Jacques, Françoise  et de leurs équipes portent sur les actions à mettre en place afin de freiner l'érosion de la biodiversité en préservant notamment des continuités écologiques à travers le territoire (par exemple en favorisant le passage de la faune entre nos jardins, de part et d'autre d'une autoroute grâce à des ouvrages de compensation, ou bien encore en intervenant sur la structuration de nouvelles formes urbaines intégrant à la fois des espaces végétalisés mais également des éléments naturels de qualité.)

Même si les pouvoir publics sont conscients de l'importance de cette question par la mise en place de la trame verte et bleue, une mesure phare du Grenelle Environnement visant à intégrer les enjeux écologiques dans les outils de planification et les projets d’aménagement (PLU et PLUI),  tout dépend ensuite de la volonté des communes.

Françoise Burel est directrice de recherche au CNRS. Elle a reçu la médaille d’argent 2009 du CNRS pour ses travaux en écologie du paysage. 
Jacques Baudry est directeur de recherche à L'INRA au sein du laboratoire d'agroécologie du paysage.

lundi 4 février 2019

Balade avec une caméra thermique à Acigné

Le samedi 28 janvier 2019, l’ALEC - Agence locale de l’énergie et du climat du Pays de Rennes , a organisé une matinée sur la rénovation thermique des  maisons particulières. Cela a commencé par une promenade, conduite par Nathalie Morel, dans un quartier d'Acigné au petit matin avec une caméra thermique puis cela s'est terminé par une conférence/discussion sur les aides et priorités à prendre en compte dans une rénovation thermique.
Voici quelques notes prises par un membre de l'association Courants Alternatifs qui participait à cette matinée.

mercredi 2 mai 2018

Création d'un collectif pour une participation citoyenne au projet éolien d'Acigné

Courants Alternatifs toujours favorable au projet éolien sur Acigné 

Depuis plus de 2 ans, un projet éolien est à l'étude sur Acigné. Une demande d'autorisation sera prochainement déposée en préfecture par la société P&T Technologie, basée à Vern-sur-Seiche, pour la construction et l’exploitation de 3 éoliennes sur notre commune. L'association Courants alternatifs, favorable aux énergies renouvelables de manière générale, a suivi avec beaucoup d'attention les réunions de concertation organisées par P&T Technologie sur ce projet précis.

En effet, pour lutter contre le dérèglement climatique, notre engagement dans la transition énergétique est une nécessité. Or, l’éolien est une énergie propre et renouvelable, particulièrement adaptée aux ressources et potentiels du grand Ouest de la France. De plus, l’éolien permet une production décentralisée, pour une meilleure efficacité parce qu’au plus près de nos besoins de consommation au quotidien. Enfin, l’éolien est une énergie maitrisée et compétitive, dont les retombées financières et sociales, non négligeables pour notre territoire, peuvent permettre de soutenir notre économie locale.

Toutefois, des craintes peuvent s’exprimer quant aux impacts environnementaux et de santé d’un parc éolien à proximité de chez nous. L'association Courants alternatifs s’est penchée sérieusement sur ces questions légitimes, et elle a publié différents articles sur son site internet. Vous y trouverez notamment des analyses d’études existantes, qui montrent, par exemple qu’une éolienne émet effectivement des infrasons, mais d’un niveau équivalent à ceux générés par le milieu naturel (houle en bord de mer, vent dans les feuillages) ou lors de nos activités quotidiennes (comme rouler en voiture fenêtre ouverte).

Encore plus de citoyens favorables au projet

Parce que la lutte contre le dérèglement climatique est une question d’intérêt général, mais qu’elle ne doit pas se faire au détriment des considérations locales, il est important que ce projet appartienne à son territoire et non pas à des investisseurs privés et lointains. À l'initiative de Courants alternatifs, un collectif d'habitants se structure actuellement, pour préparer et mettre en place les conditions d’une participation citoyenne forte dans le cadre de la future société d’exploitation du parc.

Création d'un collectif de réflexion et d'action

Si vous êtes intéressé-e-s pour rejoindre et participer au collectif, contactez-nous sur l'adresse mail : courants.alternatif à yahoo.fr (remplacer la séquence " à " par @

Pour en savoir plus et consulter nos articles : courantsalternatifs.com


jeudi 29 mars 2018

Taille des poiriers en mars

Mars est le mois conseillé pour tailler les poiriers !
En 2017, des membres de Courants Alternatifs apprenaient avec Louis Laferté, spécialiste liffréen, la taille des poiriers conduits en palmettes. Cela se passait avec les poiriers publics situés devant les jardins familiaux de la rue des Roches à Acigné.
En 2018, ces membres de Courants Alternatifs poursuivent seuls la taille des poiriers de la rue des Roches. Espérons que les fruits seront au rendez-vous !


jeudi 15 mars 2018

LES ÉOLIENNES ONT-ELLES UN IMPACT SUR LA VALEUR IMMOBILIERE DES HABITATIONS ?

L'association NEGAWATT publie une intéressante enquête sur l'impact des parcs éoliens sur la valeur des biens immobiliers.
Un développement significatif de l’énergie éolienne est attendu en France dans les prochaines années. Parmi les inquiétudes exprimées à propos de l’implantation d’éoliennes, leur possible impact négatif sur la valeur immobilière des habitations riveraines est fréquemment mentionné. Cette crainte est-elle fondée ? A-t-on des éléments de réponse à cette question ?

L'enquête complète est disponible ici :
http://decrypterlenergie.org/les-eoliennes-ont-elles-un-impact-sur-la-valeur-immobiliere-des-habitations


En résumé :

De nombreux paramètres influent sur la valeur d’un bien immobilier. Certains sont objectifs, d’autres moins. Une partie des paramètres subjectifs concerne le voisinage du bien, donc la présence potentielle ou effective d’un parc éolien.
Plusieurs études indépendantes, analysant des centaines voire des milliers de transactions immobilières aux abords de parcs éoliens, ont été conduites à travers le monde. En France, ces études incluent des enquêtes auprès de professionnels de l’immobilier. Toutes concluent à un impact limité en termes de nombre de biens concernés, et à peu de conséquences négatives. Certaines montrent même l’absence d’impacts négatifs quantifiables.

lundi 12 mars 2018

Peut-on faire tourner des éoliennes à Acigné ?

Un argument souvent opposé au projet éolien acignolais consiste à montrer que l’est de Rennes est la zone la moins ventée de Bretagne. Mais comme nous allons le voir, la question de fond n’est pas de savoir comment se situe Acigné par rapport à une région particulièrement favorisée mais surtout, dans l’absolu, de savoir si le gisement local permet de produire de l’électricité éolienne et dans quelles conditions techniques.

Version pdf de cet article

L’analyse complète est disponible sur cette page de notre site internet en téléchargeant le fichier "MF-vent-Acigne.pdf".

Synthèse de l'analyse

Vous y trouverez notamment la conclusion suivante : " Moyennant une éolienne de 100 m de haut minimum, le productible d’Acigné est comparable à celui de parcs existants en Ille et Vilaine et dans les Pays de Loire. "