vendredi 18 novembre 2016

Fournisseurs d'électricité verte et Enercoop

Le thème de la dernière réunion de Courants Alternatifs – Enercoop, nous a permis d’échanger de façon informelle, plus largement, sur les fournisseurs d’énergie verte. Voici un retour des différentes idées qui ont été débattues, complétées à postériori par quelques discussions sur notre forum interne et par des références trouvées sur internet :

Plusieurs marchands d’électricité "100% verte" arrivent sur le marché  de l’électricité : Enercoop, Lampiris, Planète Oui, etc.… Comment est organisé ce nouveau marché et faut il toujours mieux choisir Enercoop ?

Comment est organisé le marché de l’électricité ?

Avec l’instauration de la libre concurrence, l’organisation unitaire d’EDF a été éclatée en plusieurs composantes indépendantes.

  • Au cœur, il y a RTE, Réseau de transport d’électricité : entreprise publique qui gère les « gros pylônes »  et la circulation, à haute tension, de l’électricité dans les tuyaux. 
  • Ensuite il y a Enedis (ex ERDF) qui fait le lien et les connexions, à basse tension, soit avec les producteurs, soit avec les consommateurs
  • Enfin pour l’exploitation commerciale de tout cela, il y a des fournisseurs qui achètent de l’électricité aux producteurs et la revendent aux particuliers et aux entreprises.
RTE et Enedis assurent donc l'cheminement de l'électricité. Le syndicat départementale d'énergie d'Ille et Vilaine (SDE35) vient de publier une fiche qui explique ce marché de l'électricité.

Le particulier a affaire uniquement à son fournisseur qui lui propose un contrat et lui facture sa consommation. Il peut aussi avoir affaire à Enedis qui assure le raccordement de son lieu de vie au réseau et gère le bon fonctionnement du compteur. Enedis assure les relevés des compteurs quelque soit le fournisseur. Vous trouverez toujours un numéro de téléphone Enedis sur votre facture.
On dit encore qu’Enedis gère le réseau de distribution de l’électricité. Mais cette présentation est hérité de l’organisation française centralisée, d’avant la mise en concurrence, lorsque tout partait de grosses centrales électriques. En fait aujourd’hui, avec l’arrivée de petits acteurs qui sont à la fois producteurs et consommateurs : le toit photovoltaïque d'un particulier, d’un agriculteur ou d'une PME, l’unité de méthanisation d’un agriculteur ou d’une collectivité, l’organisation devient un réseau plus compliqué à gérer.

Quel est le soutien aux énergies renouvelables ?

Dans le cadre des accords sur le climat, l’Union européenne et la France ont défini des mécanismes d’incitation au développement des énergies renouvelables. Actuellement cela repose sur un contrat d'obligation d’achat, une taxe payée par les consommateurs et des certificats de garantie d’origine.

   Contrat d’obligation d’achat

Pour les producteurs d’électricité verte, le contrat d’obligation d’achat inclut un tarif de soutien qui valorise la vente de leur production. L’Etat reverse des compensations à l’acheteur, financées par la taxe CSPE. Jusqu’à présent seul EDF pouvait signer des contrats d’obligation et recevait des compensations. Depuis septembre 2016 Enercoop est aussi agréé à signer ces contrats avec ses producteurs et donc à recevoir les compensations. Cela permettra à Enercoop de baisser ses tarifs pour ses consommateurs.

   Taxe CSPE

Une part importante (57% en 2015) de la taxe de Contribution au Service Public de l’Electricité́ finance le soutien aux énergies renouvelables. Le reste sert notamment pour la production d’électricité́ sur les îles et sites non raccordés, pour les tarifs sociaux destinés aux personnes en situation de précarité, et subventionne en partie le budget du médiateur de l’énergie.

   Garantie d’origine et  Certificats Verts

Le mécanisme des « Garantie d’origine » est géré par la société Powernext qui a été mandatée par l’administration française.
Les certificats  « Garantie d’Origine » sont des titres financiers représentant de l’électricité verte. Un producteur d’électricité verte obtient un certificat qu’il peut vendre à un fournisseur d’électricité. Ce marché financier est éventuellement européen selon les raccordements en réseaux de transport nationaux.

Comment fonctionnent les marchands d’électricité verte ? 

Tous les fournisseurs d’électricité verte, sauf Enercoop, achètent de l’électricité de tout type et achètent en parallèle l’équivalent de certificats de garantie d’origine. La majorité de ces certificats sont liés à la production d’électricité d’origine hydraulique. C’est bien de l’énergie renouvelable mais ces producteurs sont déjà installés depuis longtemps et exploitent tout le potentiel existant sauf peut être celui des micro-centrales hydrauliques qui sont quasiment interdites en France.
Le secteur des énergies renouvelables à développer est celui de l’éolien et du solaire. Il semblerait qu’Enercoop soit le seul fournisseur à se soucier du développement de ce secteur en achetant « vraiment » de l’électricité verte à des producteurs verts.

Voici trois sites internet qui proposent leur classement et donnent leur opinion sur Enercoop :

  • https://jarretelenucleaire.fr/fournisseur-electricite-non-nucleaire/
  • http://www.jechange.fr/energie/electricite/guides/offres-electricite-verte-moins-cheres-3388
  • http://www.fournisseurs-electricite.com/classement-des-fournisseurs-d-electricite-verte

Pourquoi encore choisir Enercoop ?

L’électricité est complètement banalisée une fois injectée dans le réseau RTE. Payer pour de l’électricité verte repose entièrement sur une question de confiance !
Le système Enercoop est simple avec une relation claire avec ses producteurs : la coopérative ne vend que l’électricité de ses producteurs, alors que les autres fournisseurs s’appuient sur le système de « garantie d’origine » géré par la société Powernext.  Ces producteurs achètent des garanties à hauteur des besoins de leurs clients, mais à qui achètent-ils leur électricité. Chez Enercoop, les certificats de garantie, obligatoires, restent internes à la coopérative.
Enercoop est une coopérative qui réunit des consommateurs et des producteurs qui participent tous de façon égalitaire à sa gouvernance.  Elle soutient le développement de nouveaux producteurs d’électricité verte, notamment de petits producteurs. La motivation des autres est uniquement commerciale.
Elle offre donc plus que de l’électricité verte : elle soutient un modèle économique solidaire et responsable.

Choisir un fournisseur d’électricité verte est déjà un premier pas bénéfique pour la transition énergétique et significatif de la volonté du citoyen.
Choisir Enercoop, c’est faire en plus le choix d'un modèle économique alternatif et d'un soutien actif aux énergies renouvelables.

Les motivations, le projet et les objectifs d’Enercoop sont détaillés sur leur site :
http://www.enercoop.fr

Paroles d'adhérents de Courants Alternatifs :

" Ce n’est pas parce qu’on passe à Enercoop qu’on passe sur un autre réseau qui ne distribuerait que de l’énergie verte, et qu’on serait assurés de faire fonctionner nos radiateurs, lampes, frigos, TV et autres, avec de l’énergie verte.
En revanche, bénéficiant de toute façon d’un réseau qui mélange toutes les origines (vertes et nucléaires), on peut, en choisissant de donner nos sous à Enercoop, être assurés qu’ils serviront uniquement au développement des Energies Renouvelables."

" l'important est de savoir à qui on donne nos sous : Soit dans le tonneau sans fond du nucléaire , soit à des petits producteurs de renouvelables et à une coopérative, c'est ma motivation principale pour acheter chez Enercoop."

Est-ce facile de changer de fournisseur y compris pour Enercoop ?

Avec la nouvelle organisation du marché, c’est très facile. Il suffit de souscrire un contrat chez un nouveau fournisseur.
Un adhérent Courants Alternatifs a testé l'adhésion à Enercoop pour un nouvel appartement HLM (étudiant) en Savoie (appartement inoccupé depuis plusieurs mois). Strictement rien à redire : un appel à Enercoop Savoie en donnant l'adresse et dès le lendemain une proposition de rendez-vous au choix pour le branchement arrivait. Un agent Enedis est venu le jour dit et  « la lumière fût ! ».
La démarche est donc très simple. Cet adhérent CA pensait au début rester classiquement chez EDF pour « ne pas prendre de risque de retard », mais en fait il n'en est rien….

Quel surcoût chez Enercoop ?

Alors que tous les nouveaux fournisseurs d’électricité verte font leur publicité sur des tarifs parfois moins cher que les tarifs réglementés, Enercoop, qui jusqu’à cet été, ne bénéficiait pas de la taxe CSPE, propose son électricité aux environ de 15% plus cher, voir 20% pour ceux utilisant le chauffage électrique.
C’est donc un acte militant pour « soutenir un certain modèle social tourné vers le développement de sources de production renouvelable et décentralisée».

Quel est le comportement d’Enedis ?  

Derrière la question de la facilité de raccordement d’un nouvel usager chez Enercoop  se cachait la question de savoir si Enedis mettrait des réticences à réaliser cette connexion. Il semblerait donc qu’Enedis réalise les nouvelles connexions pareillement quelque soit le fournisseur choisi. Par contre, nos retours de la commission du SDE35 font état d’une mauvaise volonté évidente d’Enedis pour le raccordement des nouveaux producteurs d’énergie renouvelables. La chambre d’agriculture, par exemple, fait état de dossiers de raccordement de sites de méthanisation où Enedis fait des devis injustifiés. Un dossier a même conduit à un procès qui a obligé Enedis à diviser sa facture quasiment d’un facteur 10. Le SDE35 qui est en charge du contrôle des actions d’Enedis a beaucoup de difficultés, lui même, à obtenir les informations nécessaires à ce contrôle.

Enercoop respecte-t-il son éthique en fournissant les bornes de recharge des voitures électriques ?

Les bornes de recharge publiques des voitures électriques en Ille et Vilaine sont alimentées par Enercoop. Cela fait suite à un appel d’offre lancé par le SDE35.
La coopérative devait elle répondre à cet appel d’offre compte-tenu du fait que cette coopérative s'est fondé sur 2 piliers : le développement des énergies renouvelables et le développement des économies d'énergie en référence au scénario de l'association Négawatt. D’une part, l’appel incluait la fourniture d’électricité verte à 4 sites de collectivités d’Ille-et-Vilaine. D’autre part, cette question renvoie à la légitimité de la voiture électrique dans la transition énergétique. D’après un de nos adhérents, Enercoop-Bretagne se propose de répondre à cette question dans sa lettre mensuelle si elle lui est formulée par écrit. ...

La filière nucléaire a-t-elle encore quelque chose à apporter ?

La filière actuelle, basée sur l’uranium et l’eau pressurisée, incontestablement NON, elle est trop dangereuse, trop polluante, trop chère. Il faudrait l’arrêter le plus tôt possible.
Par contre, comme c’est expliqué dans le reportage de Théma du 20/9/2016 (Arte Thorium, la face gâchée du nucléaire 20 09 2016), il y a de multiples façons de produire de l’énergie nucléaire selon les combinaisons du combustible, du modérateur et du refroidisseur. En particulier, la solution combinant du Thorium et des solutions de sel offrirait des caractéristiques beaucoup plus compatibles avec une meilleure sécurité des populations. Ce type de réacteur peut démarrer et s’arrêter rapidement, à la demande, et répondre ainsi à une meilleure gestion des pics de consommations ou à l’indisponibilité des sources éoliennes ou solaires.
Cependant avec le nucléaire, rien n’est jamais simple. Le CRIIRAD écrit que « Le thorium 232 est plus radiotoxique que l'uranium 238. » et « L'extraction du thorium au niveau des mines, son traitement pour fabriquer les combustibles posera donc des problèmes de radioprotection particuliers pour les travailleurs et le public. »

Aucun commentaire:

Publier un commentaire